Pourquoi faire appel à un business angel ?

le 16/07/2012 à 21h24

Partager cet article:

 

Qui sont les business angels ?

Un business angel (« ange des affaires » en français) est une personne physique qui accepte d’investir une partie de son patrimoine personnel dans une société innovante à fort potentiel. « Il apporte son soutien financier à l’entrepreneur à un moment où plus personne ne peut le suivre, ni sa famille, ni son banquier », précise Agnès Fourcade. D’où l’appellation d’« ange ». « Sa prise de risque est considérable, puisqu’il investit sans filet de protection. Si la start-up coule, il perd tout », ajoute-t-elle.

 

À quoi servent-ils ?

Le business angel est donc un investisseur providentiel. Mais ce n’est pas tout. Son implication va bien au-delà de sa contribution financière. Dans sa volonté d’aider l’entrepreneur, le business angel met à sa disposition ses compétences professionnelles, ses contacts… et son enthousiasme !

Un créateur d’entreprise qui recherche des fonds a donc tout intérêt à rejoindre l’un des 82 réseaux de business angels qui existent aujourd’hui en France, tous fédérés autour de l’association France Angels. Il accédera ainsi à un large panel de compétences : un spécialiste du marketing pourra l’aider à peaufiner son offre, un avocat à rédiger ses contrats, un expert-comptable à formaliser son plan de trésorerie… le tout gratuitement ! Sans compter les nombreuses personnes avec lesquelles le créateur pourra être mis en relation grâce à la richesse du carnet d’adresses des business angels.

Sans surprise, des liens très forts se tissent entre investisseurs et business angels. Qu’ils soient d’anciens chefs d’entreprise, cadres supérieurs ou entrepreneurs, les business angels sont tous animés par la même passion d’entreprendre. Leur volonté ? Accompagner pas à pas la réussite du porteur de projet. « Ils (re)vivent ainsi l’aventure entrepreneuriale par procuration », précise Agnès Fourcade. Vous l’aurez compris, plus qu’un financier, un business angel est un véritable partenaire.


Quand faire appel à eux ?

Si les business angels peuvent intervenir à tous les stades de vie de l'entreprise (création, développement ou reprise), leur action se situe principalement en phase d'amorçage. Ils participent activement au capital de l'entreprise pendant 4 à 5 ans, puis en sortent en espérant réaliser une forte plus-value. Quand l’entrepreneur intéresse-t-il plus particulièrement les business angels ? « Lorsque le montant recherché est trop faible pour intéresser les investisseurs en capital risque, c’est-à-dire lorsque la levée de fonds est comprise entre 100.000 € et 800.000 €. Chaque business angel est généralement en mesure de miser entre 5.000 € et 100.000 € (en moyenne 15.000 €) par personne et par projet. Mais en faisant appel à plusieurs business angels ou à des réseaux, l’entrepreneur peut espérer lever jusqu’à 500.000 €, voire plus », indique Agnès Fourcade.


Quelles sont les entreprises susceptibles d’être retenues ?

Peu importe le secteur. « Ce qui compte, c’est que l’entreprise soit innovante et démontre un véritable potentiel de croissance, chiffres à l’appui », souligne Agnès Fourcade. « Comme nous prenons un risque considérable, l’entreprise doit nous permettre de réaliser un important retour sur investissement. C’est pourquoi celles que nous sélectionnons ont un maximum de chances de crever le plafond ».

Mais au-delà du projet, c’est à l’équipe que les business angels prêtent le plus attention. « Ils s’assureront qu’elle est soudée, volontaire et complémentaire (un jeune ingénieur et un diplômé d’école de commerce par exemple) », indique Agnès Fourcade.


Comment maximiser ses chances de lever des fonds ?

Avis aux start-up dont l’executive summary a été sélectionné par un réseau de business angels. Voici quelques conseils pour passer l’épreuve de l’elevator pitch, cet entretien de 10 minutes pendant lequel les candidats devront convaincre un auditoire d’investisseurs potentiels.

Spécialiste de ces épreuves, Agnès Fourcade conseille aux candidats d’être totalement transparents, honnêtes et clairs dans leurs propos. « Il est important de sentir chez eux la volonté de créer une atmosphère de partenariat et de travailler main dans la main », précise-t-elle. Une attention tout particulière sera également portée au plan de trésorerie. À court terme (12 mois), les candidats expliqueront comment sera utilisé l’argent qu’ils auront réussi à lever. Le marché sera bien étudié et les candidats se seront posé les bonnes questions. Dans leur business plan, ils seront raisonnables, en avançant plusieurs hypothèses d’évolution (basse, moyenne, haute) de leur chiffre d’affaires.


Qui contacter ?

Pour obtenir les coordonnées des réseaux de business angels, rendez-vous sur France Angels  (rubrique « annuaire »).

 

 

 

 

Posez une question publique
Aucune question
Votre nom :

Votre e-mail :

Votre question :