Le numérique vecteur de croissance

le 05/03/2015 à 18h05

Partager cet article:

Le numérique est un formidable vecteur de croissance ; mais il peut aussi dérouter. Bpifrance Le Lab, en collaboration avec Olivier Sichel, PDG du groupe LeGuide et membre du Comité national d’orientation de Bpifrance, publie « Le numérique déroutant », une réflexion sur le numérique comme facteur de recomposition des chaînes de valeur. L’analyse se concentre notamment sur l’impact du digital dans des secteurs à très forte densité de PME comme le tourisme, le transport de petits colis, la plasturgie et le bâtiment. Disrupter ou être disrupté, voilà en substance le choix auquel sont confrontées ces professions face à la révolution numérique… 

Le numérique en France :

·          Valeur ajoutée générée : 5,5 % du PIB

·          Emplois directs : 3,3 % des emplois

·          + 13 Md€ de pouvoir d’achat pour le consommateur.

 

Le « disrupteur » est celui qui attaque un marché aux situations établies et le bouleverse avec une proposition de valeur inédite.

Intégrer la transformation numérique dans sa stratégie est un facteur clé pour la croissance des entreprises.

 

Le numérique, facteur de croissance

Le numérique est le vecteur d’une véritable création de valeur. Le développement des nouvelles technologies a conduit à la réorganisation du travail et à l’invention de nouveaux modèles d’affaires et de partenariats. Les acteurs des services internet revendiquent un taux de croissance à 2 chiffres et multiplient leur CA dans des proportions impressionnantes.

Or, avec les nouvelles technologies, il y a de plus en plus place pour les disrupteurs. À travers son étude, Bpifrance Le Lab a pour objectif de susciter une prise de conscience de la part des acteurs économiques, et plus particulièrement des chefs d’entreprise de PME, sur les aspects déroutants du numérique.

 

Le numérique « déroute » : il fait prendre un autre chemin

Ce travail vise ainsi à traiter le numérique non plus seulement comme un outil d’aide à la création de valeur, mais comme une rupture profonde, contribuant à transformer radicalement les modèles économiques traditionnels.

Le numérique disrupte, ou « déroute », en apportant davantage de transparence sur le processus de production, en renforçant la concurrence sur un ressort géographique élargi, et surtout en favorisant l’apparition de nouveaux intermédiaires, lesquels vont capter une part de plus en plus importante de la valeur au détriment des acteurs historiques.

La présente réflexion répond à une mission de « lanceur d’alerte » de Bpifrance Le Lab. Disrupter ou être disrupté, telle est la question, illustrée à travers l’analyse de 4 secteurs traditionnels, en train d’être transformés par le numérique : le tourisme, le transport routier de petits colis, la plasturgie et le bâtiment.

 

http://www.bpifrance-lelab.fr/

Posez une question publique
Aucune question
Votre nom :

Votre e-mail :

Votre question :